#009 – Le suicide, c’est pas tabou, on en viendra quand même à bout

Amis·es suicidaires, vous allez être déçus·es. Attendez ! Attendez !! Posez cette corde ! Là… Tout doux… Voilà. Bon. Écoutez-moi quand même avant de faire le petit saut. Bien que j’aie assisté à la séance ciné-débat d’hier au Diagonal à l’occasion de la journée de prévention du suicide, je n’ai pas grand chose à vous en dire. Je peux d’une part critiquer le film, mais si vous ne l’avez pas vu vous vous en fichez royalement, et si vous l’avez vu vous n’avez pas envie de revivre cet enfer, et d’autre part je peux vous filer les rares infos utiles qui ont été échangées dans la salle, mais c’est pas grand chose. Enfin, il faut bien que j’écrive quelque chose alors allons-y.

Commençons par le film, donc, et dans un deuxième temps je vous prodiguerai les quelques conseils que j’ai pu glaner. C’est une manière de vous forcer à lire tout l’article pour avoir droit aux tuyaux qui vous permettront peut-être de ne pas vous crever le cœur d’un coup de tournevis. Pas très glorieux comme procédé, mais si on n’exploite pas les gens dans le besoin, on n’exploite personne, comprenez bien. Allez, laissez-moi faire mon travail de blogueur, on discutera de vos petites revendications plus tard.

Le film. 1:54 qu’il s’appelle. Prononcez ün’sinkantkat avec l’accent Allemand. Le film est Québécois. Résumé : une poignée de bons acteurs au service d’un scénario affligeant de médiocrité. Image : très belle. Musique : juste ce qu’il faut de clichés et de répétitivité pour renforcer la niaiserie (au sens québécois, français, n’importe) du film. Scénario, donc : niveau projet cinéma de lycéens, sur le thème du harcèlement, destiné à des collégiens. Synopsis : Au lycée, Gentil 1 et Gentil 2 se font harceler par Méchant et ses sbires. Gentil 1 et Gentil 2 font des projets de science ensemble, ce qui leur permet de se retrouver seuls le soir dans un parc. Gentil 1 manque d’embrasser Gentil 2 alors qu’il feint de dormir un de ces soirs. Gentil 2 se fait toujours plus harceler au Lycée, quand on le traite de fif (tapette en québécois), il assume. Gentil 1 n’assume pas, il a peur d’être assimilé à Gentil 2 à qui il voulait rouler un patin quelques heures plus tôt. Gentil 2 se suicide.

Gentil 1 décide de ne parler à personne de la situation. Il décide de prendre Méchant sur son terrain. Le 800m. Oui. La course à pied. Il est bon, Gentil 1, il fait peur à Méchant qui risque de perdre sa place de champion. Méchant prend donc une vidéo de Gentil 1 dans laquelle il se fait sucer un fois bien bourré dans une soirée et le fait chanter. [insérer ici 1h30 de film sur la course à pied] Gentil 1 perd la compétition mais la vidéo est quand même diffusée sur les réseaux sociaux. Gentil 1 se fait harceler et décide de faire une jihadette grâce à ses cours de physique-chimie qu’il a bien tous suivis, il fabrique une bombe pour la faire exploser dans un club où tous ses camarades du lycée font la fête, mais en fait, c’est lui qui explose tout seul à la fin.

Ce film parle donc 10 minutes de suicide, 1h40 de harcèlement et d’athlétisme, et 10 minutes de terrorisme.

Bon je suis moi-même fatigué d’en parler, tant pis pour les détails, on va faire un entracte photo et passer à la suite.

009-rue_galavielle-balcon
Photo par Gwlad (rue Galavielle)

Vous avez remarqué ? Notre photographe nous prend un vélo sur un balcon pour la seconde fois ? Un psychanalyste aurait bien des choses à dire à ce sujet. J’ai peur qu’elle n’aille pas très bien mais que n’osant pas nous le dire, elle cherche à faire passer le message par ses clichés.

Toujours est-il que cette photo est pile dans notre propos, contrairement au film dont je vous parlais : le suicide. Qu’est-ce qui peut pousser un vélo à être désespéré au point de se retrouver dans une situation aussi terrible ? Souffre-t-il de solitude ? On ne voit son propriétaire nulle part. Est-il moqué par les autres vélo qui passent en bas ? Va-t-il sauter ?  Va-t-il pas sauter ?  Il a pourtant l’air neuf et solide, il a une belle vie de balades devant lui, alors qu’a t-il ? Le propriétaire semble même avoir installé un étendoir anti-suicide juste devant le balcon, ce n’est donc certainement pas sa première tentative. Hélas, cela ne suffira sans doute pas, on le voit déjà passer une roue par dessus la rambarde, il semble déterminé à en finir.

Je trouve d’ailleurs ça un peu limite de la part de notre photographe de nous laisser dans l’expectative, sans nous indiquer si oui ou non il a fini par sauter, s’il est mort, si quelqu’un l’a secouru ? C’est jouer avec nos émotions. C’est du sensationnalisme.

Mais revenons-en au suicide chez les humains. Je ne suis absolument pas expert dans le sujet, alors je vais en parler en essayant de dire le moins de bêtises possibles. Pas facile. Commençons.

S’il vous vient l’idée de vous supprimer, le mieux, c’est d’en parler. Plusieurs choix s’offrent à vous : en parler à des proches, amis.es, famille. Il ne faut pas hésiter, dites-vous bien que la petite angoisse que vous susciterez chez eux n’est pas comparable à la douleur et à la culpabilité qu’ils ressentiront si vous passez à l’acte alors qu’ils n’avaient pas su déceler votre mal-être. Malheureusement, on le sait bien, c’est parfois impossible. Question d’entourage, de contexte social. Nombreuses sont les associations qui proposent alors des solutions anonymes pour pouvoir exprimer vos émotions, votre détresse. Par exemple S.O.S. amitié, qui propose une ligne téléphonique ouverte 24/24h, mais également un chat (genre internet, pas la boule de poils), si vous êtes plus à l’aise pour vous exprimer à l’écrit. C’est, d’après leurs dires, la solution privilégiée par les 15-24 ans. Il y a également Le Refuge, association qui vient en aide aux jeunes souffrant d’un rejet social à cause de leur orientation sexuelle. Cette dernière rappelle qu’elle prend les appels de toute nature, nombreuses sont les personnes qui veulent simplement parler, homosexuelles, bi, trans ou hétéro.

Petit détour par des chiffres assez effrayants. Ça touche tous les âges et toutes les couches sociales, le suicide. En France, on compte chaque année environ : 200.000 tentatives, 10.000 morts, 600 chez les 15-24 ans dont 200 liés à une homosexualité mal ou pas acceptée par l’entourage. Chez les 15-24 ans, le suicide est la seconde cause de mortalité (après la route).

Dans tous les cas dites-vous bien que vous n’êtes pas seul·e, et que beaucoup de personnes bienveillantes sont disposées à vous apporter de l’aide et du réconfort par tous les moyens dont elles disposent. En parler est libérateur, tous les médecins et scientifiques sont catégoriques à ce sujet. Osez parler.

En ce qui concerne l’entourage des gens qui vont mal. On sait bien que la solution c’est d’en parler, de faire parler, d’écouter, mais les personnes qui vont mal sont parfois tellement honteuses de leur situation, des idées noires qui tournent en rond dans leur tête, qu’elles ne feront pas la démarche d’aller vers l’autre pour en causer. Ces pensées ne font que les isoler d’avantage. C’est notre rôle à tous, en tant qu’amis·es, que famille, que professeurs, qu’humains·es, d’aller vers celui ou celle qui va mal et de lui montrer qu’on est disponible. Qu’on peut aider. Qu’on veut aider. Qu’on va aider. Bien des personnes n’osent pas demander à un proche qui va très mal si dans son désespoir, il ou elle a déjà pensé à mettre fin à ses jours, craignant de donner une idée qui n’aurait pas déjà été là. Hors, dans l’écrasante majorité des cas, c’est justement lorsque le sujet est évoqué par un·e autre que la personne en souffrance se met à parler, à se soulager, à —et c’est extrêmement important— se sentir comprise. Sachez simplement le faire avec tact, avec délicatesse, en adaptant votre vocabulaire et votre ton à la personne que vous avez en face de vous. Autre chose : à partir du moment où la personne répondra qu’en effet, ça lui trotte dans la tête de se foutre en l’air, il faudra prendre des dispositions, faire quelque chose. C’est une responsabilité, c’est sûr. Mais s’il vous plaît, ne fermez pas juste les yeux en attendant que ça lui passe ou que ça casse, par confort. Si ça casse, et ça peut casser, il sera de courte durée votre confort.

Voici une petite liste d’associations pour parler, être écouté·e et se faire aider, toutes ont des antennes dans plusieurs villes en France, n’hésitez pas à faire appel à elles :

Toutes ces associations ont aussi besoin de bénévoles, n’hésitez pas à y adhérer si vous avez du temps à leur consacrer.

Allez les potos, à demain ! La conversation sera plus légère, ce soir c’est théâtre, je vous raconterai. En attendant ne faites pas de bêtise, j’ai vraiment pas envie de perdre un·e lecteur·rice, déjà que j’en ai pas beaucoup. Déconnez pas, pensez à moi un peu, merde.

Publicités

#002 – Je vais toujours très bien, mais vous, vous tirez une sale gueule.

Hier, vous n’étiez pas très nombreux·ses à venir lire ce blog. Vous n’étiez même aucun·e. Ce n’est pas très sympa. C’est comme ça que vous encouragez les jeunes écriveurs·ses ? Enfin, je ne vous en veux pas. Promettez-moi simplement que vous ne le referez plus et passons.

Heureusement pour vous, la météo n’a pas changé, mes conseils d’hier marchent toujours aujourd’hui, ce n’est pas le gâchis total auquel on aurait pu s’attendre (enfin selon Météo France, à l’heure où j’écris il fait encore nuit). Allez donc lire ça, je vous attends ici. Mieux ! Voyez comme en auteur modèle, je suis moi-même les conseils que je vous donne : je relis rapidement ce que j’ai écrit en vitesse hier. Sans surprise, c’est vraiment pas terrible. Ni au niveau du style, ni à celui du contenu. Je ne vois pas bien pourquoi vous viendriez ici si je n’intègre pas plus d’informations concernant les évènements un peu cools à venir à Montpellier. Par exemple, mardi 6, au cinéma Diagonal, rue de Verdun (celle qui part de la Comédie, côté carrousel) : projection-débat organisée dans le cadre de la journée de la prévention du suicide 2018. Si c’est pas cool ça ! Je ferai un compte-rendu pour ceux qui n’auront pas eu la chance de s’y rendre. Moi, c’est sûr, j’y serai ! Allez pas croire que j’ai l’envie de me suicider (je vous l’ai dit, je vais très bien) mais c’est un sujet qui m’intéresse. Je fais partie d’une association par laquelle je suis en contact avec une population à risque, comme on dit dans ces milieux.

Par contre, si vous l’avez, cette envie de vous supprimer, dites-vous que c’est déjà pas mal. Au moins vous n’avez pas l’envie de rien, ce qui est souvent le cas chez les suicidaires. Quoi qu’on pourrait appeler l’envie de mourir l’envie du rien, mais est-ce vraiment le moment de philosopher alors que déjà la lame du rasoir vient projeter une ombre inquiétante sur vos doux poignets ? Qui sait ! En attendant, une technique éprouvée pour vous sentir mieux : arrêtez de picoler, arrêtez de fumer, joints et cigarettes idem. Si vous n’êtes pas déprimé·e vous pouvez continuer. Veinard·e. Moi j’ai dû tout arrêter. J’ai arrêté de picoler en novembre dernier, ça me rendait beaucoup trop triste. J’ai arrêté de fumer des joints tout début janvier, ça m’ôtait toute confiance en moi. J’ai arrêté les clopes hier. Ça coûtait bien trop cher, et puis sans cannabis dedans, franchement, quel intérêt ? Évidemment, pour que cette technique marche, il faut que vous soyez au minimum dans l’une de ces trois pratiques. Si ce n’est pas le cas, il est peut-être temps de vous y mettre pour mieux arrêter par la suite.

Bon, je sens bien que si vous avez vraiment l’intention de vous jeter par dessus le balconnet, de vous égorger à la ficelle à rôti, de vous éparpiller le cervelet à la carabine, les conseils que je viens de vous prodiguer ne vous aideront pas beaucoup. Voilà donc ce que je vous propose :

  1. attendez au minimum le jeudi 8 février, que j’aie le temps d’assister à la projection-débat et de vous en faire un petit résumé, on ne sait jamais, il pourrait en sortir deux ou trois conseils utiles (je ne promets rien) ;
  2. si vous pouvez dégoter une invitation par une quelconque association, ou que le soir même les portes sont ouvertes, venez en personne. En plus des conseils, vous verrez du monde, ça vous fera peut-être du bien ;
  3. quoi qu’il en soit, parlez-en tout de suite à quelqu’un dans votre entourage, proche ou pro (ou bénévole, c’est utile ces bestioles-là, pouvez pas savoir !).
mtp5
Photo par Gwlad (rue Dom Vaissette)

Allez, assez parlé de vous. Comme vous ne l’avez pas remarqué hier puisque vous n’êtes pas venu·e, cher·ère lecteur·rice, j’ai changé le sous-titre du blog. Auparavant, c’était « Moi, Montpellier et autre chose qui commencerait par « Mo » et ferait une très belle allitération », et c’était assez drôle. Si, si, je le sais, ne vous empêchez pas de rire par souci des conventions. Comme vous ne vous en êtes donc pas aperçu·e, j’ai modifié tout ça non sans un pincement au cœur de voir ce bon mot s’en aller à jamais. C’est pourquoi je l’immortalise ici. Ç’aurait été dommage de ne pas en faire profiter les générations futures. Je l’ai donc, disais-je, remplacé par une autre formule, moins originale mais qui me permettra de justifier absolument tout ce que je pourrais bien vouloir caser dans ce blog : « Montpellier, le monde et moi ». Vous avez peut-être remarqué que l’ordre des éléments n’a pas été choisi au hasard, on part du plus spécifique, et on ouvre peu à peu sur l’universel.