#101 – Par paquets de douze

On peut très bien écrire une note de blog
Tout en alexandrins dans un français moderne.
On peut causer profils, comments, likes, share et log-
In, bien que le sujet soit peut-être un peu terne.
Rien n’est interdit. Rien. Alors parlons d’un jeu.
Vidéo, le jeu ? Oui. Qu’est-ce que je dois comprendre ?
Qu’au cours des derniers jours j’en ai parlé un peu
Trop souvent, ça suffit ? Bah, je n’ai rien à vendre,
Mais les gens (qu’on salue) de Tiny Red Camel,
Si. On en causait . Prenez le temps de lire.
Je vous avais promis de vous faire un rappel
Quand le jeu sortirait. Et ben voilà. Je tire
La sonnette d’alarme. Je vous dis qu’il est là.
Son nom, c’est Shrug Island, et il est disponible
Sur Steam et Itch.io. C’est, je vous l’ai déjà
Dit, un court point ‘n’ click dont il est impossible
De ne pas apprécier la qualité de l’art
Visuel et sonore. C’est un jeu poétique.
J’ai hâte d’y jouer. Allez. C’est le départ
D’une journée chargée. D’ici que je rapplique,
Prenez bien soin de vous. Sachez qu’à Montpellier
Y a des concerts partout, faites votre recherche.
Je dis ça comme ça. Si vous vous ennuyez…
Bon. Zou. Faut vraiment que je me bouge le derche.

gwlad-rue_du_grand_saint_jeant-chateau_carton.jpg
Photo par Gwlad (rue du Grand Saint Jean)

 

#098 – En attendant… nan je la ferai pas.

Me voilà de retour à Montpellier. Loin des veuves noires. J’ai passé la journée devant mon ordinateur. La journée, vraiment ? Oui, vraiment. De neuf heures à maintenant. Autant vous dire que je suis à l’ouest, je n’ai même pas jeté un œil aux nouvelles du jour. Tiens c’est l’occasion. Je vais le faire toute de suite, ça me donnera peut-être matière à balancer quelques mots de plus. Bon… Le piéton a bien été écrasé, l’étudiant est bien mort de la méningite et la septuagénaire a bien disparu. On va arrêter là, ça ira pour aujourd’hui.

Qu’est-ce que j’ai bien pu faire aujourd’hui qui m’a tenu onze heures devant mon ordinateur ? C’est très simple. Je me suis fait un petit tuto de création de jeu vidéo. Refait, plutôt. Ces quatre dernières années ça doit être la huitième fois, quelque chose comme ça, que je m’en tape un en entier sur youtube. J’espère toujours en garder quelque chose. C’est peut-être le cas. Dans dix ans, on ne sait pas, à raison de deux tutos par année, j’arriverai peut-être à faire un jeu vidéo complet d’une quinzaine de minutes.

Le logiciel s’appelle Godot. C’est un moteur de jeu, gratuit et open source, bien documenté, qui vous permet de fabriquer des jeux vidéo en 2D aussi bien qu’en 3D. Cette fois-ci, après quelques essais de jeux de rôles en plongée, c’était un classique tutoriel pour créer un jeu de plateforme 2D. Pas la peine de penser à la 3D avec le dinosaure qui me sert d’ordinateur. Ça doit être le troisième tuto sur ce genre que je me farcis, mais jamais rien n’est fait de la même manière. À chaque développeur sa touch. C’est toujours bon à prendre, surtout que celui-ci est fait sur la toute récente version 3 de Godot.

mtp72
Photo par Gwlad (Odysseum)

Le problème de tout ça, c’est que ça donne vraiment envie de faire un jeu quand on a fini. Alors on modifie un peu le personnage qu’on avait utilisé en attendant, on essaie de dessiner des décors soi-même pour ne pas utiliser le travail d’un autre, mais c’est trop de travail alors on fait moitié-moitié. Au final on abandonne en se rendant compte du temps que ça prendrait de faire un jeu. Même un jeu de quinze minutes comme je le disais plus haut même pas pour rire. C’est ça qui est dur, d’engager du temps. On peut encore trouver quelque chose d’original à tirer d’un jeu de plateforme, mais faut se creuser la tête un moment pour l’idée clé et pour tout le code qui ne sera pas dans un tuto et qu’il faudra aller glaner de wikis en forums. Si en plus on veut que ce soit beau, alors là, ça devient une activité à temps plein sur des mois.

Pour les curieuses et curieux, pouvez télécharger ce que ça a donné ce tuto. Désolé mais il vous faudra être sur sur mac ou windows pour pouvoir y jouer. Si vous êtes sur Linux, j’ai pas pensé à l’exporter. Je suis impardonnable. De toute façon, ça n’est pas un jeu. Vous pouvez déplacer le perso, sauter, atteindre l’objectif, appuyer sur entrée pour recommencer. Si j’avais simplement suivi le tuto, pas customisé le personnage et un peu le décors, mal, ça m’aurait pris deux heures au plus je pense. C’est vraiment très abordable, n’hésitez pas à vous lancer.