#127 – Comment embrasser plus grand·e que soi sans passer pour un·e con·ne

Et oui. C’est compliqué. On aimerait saisir ses hanches, on attrape ses cuisses. On voudrait passer ses bras derrière son cou, on se luxe une épaule. On souhaiterait de tout son cœur profiter du moment, mais on est trop concentré·e à tenter péniblement de conserver son équilibre, tendu·e sur la pointe des pieds que l’on est, pour se laisser réellement aller. Et puis, on s’imagine dans l’œil des gens qui passent. Que voient-ils ?  Sans doute quelque chose qui ressemble à un enfant perché sur une chaise branlante, le souffle court, et dont le bras potelé tendu à son maximum essaie désespérément d’attraper le paquet de céréales sur l’étagère la plus haute de la cuisine. Pas glorieux. Vous allez me dire : on s’en fout. Oui. Vous avez raison. Vraiment, on s’en fout. Mais j’ai trouvé une technique qui me permet d’embrasser mon amie plus grande que moi d’une tête sans effort et tout en marchant ! Vous ne croyez quand même pas que je vais garder ça pour moi ? Non seulement je suis trop généreux par nature pour garder un bon conseil par devers moi, vous pouvez applaudir, mais également, et vous le savez bien, il faut que je remplisse ce blog et je ne suis pas noyé sous l’inspiration ces derniers temps. Voici donc ma botte secrète pour embrasser plus grand·e que soi sans passer pour un·e con·ne :

Commencez par aller vous promener à deux dans les rues de votre ville, sinon ça ne marche pas, et tenez-vous par la main. Laquelle, de main ? Celle que vous voulez. Je ne vais pas commencer à préciser main gauche et main droite puisque évidemment pour la personne de droite ce sera la main gauche, et la main droite pour celle de gauche. Si vous m’interrompez comme ça toutes les cinq minutes on ne va pas s’en sortir. Vous vous tenez la main, donc. Vous êtes la personne la plus basse de cul, mais cela ne vous empêche pas d’être très amoureuse·x, ou c’est en tout cas ce que vous voulez bien vous raconter. C’est qu’on s’illusionne facilement vous savez. Bon, enfin, ça c’est votre problème. Il vous vient alors une irrépressible envie d’aboucher votre conduit digestif à celui de la personne qui vous accompagne, par l’extrémité la plus pratique, celle d’en haut. Je vous rappelle que nous sommes dans la rue. Rien de plus simple : il suffit qu’au moment précis où votre grand·e amour pose son pied le plus proche du votre par terre (c’est donc le moment auquel son centre de gravité et le plus proche de vous tout en étant le plus bas), votre jambe de son côté soit, elle, la plus tendue possible (c’est donc le moment ou vous êtes au plus haut). Exactement à ce moment là, tirez sa main vers le bas d’un petit geste sec, et pivotez votre visage vers elle pour l’embrasser. Attention, vous avez moins d’un quart de seconde pour réaliser cette action. Pour que le geste paraisse naturel, il convient qu’il ne modifie en aucune manière le rythme initial de la marche. Sinon, c’est raté. Vous risqueriez en plus de vous casser la gueule, et vous ne pensez pas que vous avez déjà l’air assez bête comme ça ?

mtp92.jpg
Photo par Gwlad (avenue de Maurin)

Bonus : Si deux personnes de la même taille veulent marcher tout en s’assurant que les extrémités de leurs appareils digestifs restent toujours au même niveau afin de les ventouser l’une à l’autre, c’est possible aussi ! Il suffira que la personne de gauche synchronise exactement le mouvement de sa jambe droite avec le mouvement de la jambe gauche de la personne de droite. Évidemment, ça ne marche que pour les positions relatives de l’un·e par rapport à l’autre, pas pour l’orientation politique. Ce n’est pas qu’une personne de gauche et une personne de droite ne puissent pas tomber amoureuses, c’est que PERSONNE ne veut embrasser une personne de droite.

(Ceux et celles qui croiront après lecture de ce paragraphe que je pense réellement qu’il y a des gens de gauche et des gens de droite sont des gens de droite.)

Auteur : Montpelliérien

Écrivouilleur Montpelliérien. Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

3 réflexions sur « #127 – Comment embrasser plus grand·e que soi sans passer pour un·e con·ne »

  1. Fabuleux.
    Merci du conseil.
    Personnellement je suis une grande femme et je n’ai encore jamais rencontré un homme plus grand que moi. Donc je restais célibataire, pour ne pas avoir à vivre cette déveine d’un homme plus petit.
    Je sens que du coup, ton conseil va changer ma vie.
    Je n’aurai qu’à sortir avec un plus petit que moi et qu’il applique ta technique.
    Tant d’années de célibat pour (presque) rien…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.