#058 – モンペリエ

Non, ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas un problème d’affichage. Le titre. C’est simplement Montpellier écrit en japonais. Pourquoi que je l’ai écrit en japonais ? Parce que demain, enfin aujourd’hui, je ne pourrai-peux pas écrire d’article, faute de temps. Ce n’est pas pourrai-peux, la faute de temps. Je voulais simplement dire que je ne disposerai pas d’assez de temps pour écrire l’article d’aujourd’hui, que j’ai donc rédigé hier. Hier pour vous, aujourd’hui pour moi. Je sens qu’on va pas s’en sortir. D’autant que c’est un mensonge. Il est 00h25, donc techniquement déjà mercredi 28 mars, c’est donc bien le billet d’aujourd’hui que je rédige aujourd’hui. Ouf. Un problème de réglé.

Pourquoi モンペリエ en katakana, donc, qui est l’un des deux systèmes d’alphabets syllabiques japonais ? Avec l’autre, les hiragana, ça aurait donné もんペリえ, mais ça n’aurait pas été correct. Les hiragana sont réservés à l’écriture des mots japonais. Pour les mots étrangers ou empruntés à d’autres langues on utilise les katakana. モンペリエ, donc. L’explication que j’en ai eue est qu’à l’époque où l’on traduisait en japonais les textes bouddhiques, les moines auraient trouvé que les caractères arrondis des hiragana se mariaient mal aux illustrations et autres aspects esthétiques de ces documents. Ils auraient donc créé cet alphabet syllabique alternatif aux traits plus droits. Je ne sais pas si c’est vrai. J’irai vérifier plus tard. Pour celles et ceux qui se demandent si on peut écrire Montpellier en kanji, c’est-à-dire avec les caractères chinois tels que ceux avec lesquels on écrit Japon en japonais, 日本 (ça se lit nihon), vous croyez vraiment qu’il y a des caractères chinois pour dire Montpellier ? Sans déconner, faites un effort, c’est assez compliqué comme ça.

Donc, aujourd’hui, je n’aurai pas le temps de rédiger ma note de blog le matin car je présente l’une des associations dans lesquelles je suis bénévole à quatre jeunes en service civique de neuf heures à midi. C’est pourquoi je la rédige dans la nuit. Je ne voulais pas chercher un sujet trois heures, parce que j’aimerai quand même me coucher avant que le soleil ne se lève et, ô comme le hasard a cette fois-ci fait les choses pas trop mal, il se trouve que je viens juste de corriger une partie du mémoire d’une amie qui cause des questions identitaires dans les écrits francophones d’auteurs·es non-Français·es. J’y ai découvert l’existence d’Akira Mizubayashi, 水林章 (水林: Mizubayashi, 章: Akira) en kanji, みずばやし あきら en hiragana, qui a vécu ses premières années d’exilé volontaire en France. Et où ça, en France, précisément, messieurs-dames ? Parce qu’il parle du « Bonjour messieurs-dames », qu’il ne se sent pas être en position de dire en entrant dans une boulangerie en tant que non natif. À Montpellier ! Et il a même étudié à l’Université Paul-Valéry, comme moi ! Voilà voilà. Et comme en ce moment j’étudie le japonais et j’essaie de trouver tous les liens trouvables entre cette langue et moi pour m’en faciliter l’accès et baigner dans la culture du pays où on la parle le plus, nul doute que je vais acheter ses bouquins dans les semaines qui viennent. En vérité, j’ai pas grand chose à vous en dire, puisque je n’ai lu son nom qu’aujourd’hui pour la première fois, et puis je ne vais pas recopier des passages d’un mémoire qui n’a pas encore été soutenu, ça ne se fait pas. Mais je vous en reparlerai certainement très bientôt.

gwlad-rue_du_bastion_ventadour-tunnel
Photo par Gwlad – rue du Bastion Ventadour

Ce soir, que pouvez-vous faire à モンペリエ, justement ?

À 19h30, au Barricade, 14 rue Aristide Ollivier : projection du film Stalker de Andreï Tarkovski, dans le cadre du cycle sur le cinéma soviétique, suivie d’un débat. Adhésion à l’association 2€ pour l’année, puis entrée à prix libre ou gratuite, et consommations non-obligatoires très peu chères.

ou

À 20h, au Centre Rabelais, sur l’esplanade Charles de Gaulle, dans le cadre de l’Agora des Savoirs, conférence Cocktail toxique. Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau ? par Barbara Demeneix. C’est gratos, mais vaut mieux arriver un peu à l’avance si on veut être sûr·e d’avoir des places.

ou

Débrouillez-vous, vous êtes grand·e, vous trouverez bien de quoi occuper votre soirée.

Allez, bisous, et à demain.

Auteur : Montpelliérien

Écrivouilleur Montpelliérien. Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.