#030 – Le jour où il a neigé mais on n’en parlera pas parce que je m’en suis rendu compte seulement en finissant de rédiger l’article

Vous avez bien failli ne pas avoir de billet de blog aujourd’hui, le réveil a été difficile. Me suis-je couché plus tard que d’habitude ? Non. Ai-je consommé des substances qui allongent la durée de sommeil nécessaire ? Non. Quoique je me demande pour le tabasco, dans le jus de tomate… Mais normalement non. Ai-je cauchemardé ? Non. Bon. Mais le soleil n’est pas là. C’est ça. Quand le soleil est là je me lève avant que le réveil ne sonne, quand il n’y en a pas, j’appuie sur snooze trois fois. Ça vous intéresse pas ce que je raconte ? Je m’en doute bien, moi non plus ça m’intéresse pas. J’ai recommencé à rédiger cet article trois fois, imaginez à quel point les autres départs étaient mauvais pour que je décide de garder celui-ci. C’est dommage hier j’étais inspiré. Il y avait du soleil. C’est à ça qu’on reconnait les grands·es écrivains·es de blog, leur inspiration tient du fait qu’il y a du soleil ou pas. Bon. Va quand même falloir que je vous dise un truc ou deux, mais je vais faire très rapide. Si vous voulez un bon article, relisez celui d’hier qui était vachement bien ou un autre. Désolé.

Hier c’était pas la joie dans les bars. Avec Koinkoin et sa copine… j’aime pas trop nommer les gens en fonction d’avec qui ils sont, je l’appellerai donc Quackquack, puisqu’elle nous vient des États-Unis. Donc avec Koinkoin et Quackquack, on était à 20h à l’Analog. À 21h30 il n’y avait plus personne. On a décidé d’aller dans un lieu à concert. On mate un Mama Sound qui traine. C’est mardi. Mardi c’est des open mic ou open stage dans les cinq lieux qui proposent quelque chose. Jam Session Jazz au Little Red. On sait pas où c’est. C’était le bar pile en face de celui où on était. Y avait plus une place ni assise, ni au comptoir. J’aime bien le jazz, mais là je sais pas si c’était le froid ou quoi, en deux minutes d’indécision on-va-où-alors j’ai commencé à piquer de nez. C’était du jazz qui murmure. Du jazz tapisserie. Fallait sans doute pas jouer trop fort pour que les quinze clientes·s entassées·s là continuent à s’entendre causer. C’était un jazz prétexte. Faut qu’il soit là, ça fait venir, faut pas qu’on l’entende trop, ça ferait partir. On est partis. L’accueil était pas très chaleureux non plus d’ailleurs.

koinkoin-rue_vien-ceramique
Photo par Koinkoin (rue Vien)

En rapport avec cette image de Koinkoin, une discussion eue hier avec Quackquack : Montpellier, c’est très sale. Il y a trop de tags partout sur les murs, il y a trop de poubelles non ramassées entassées dans les rues, et il y a des culs de cigarette que jonchent le moindre bout de trottoir. Et où est la verdure dans tout ça ? Il n’y en a pas. Bref, c’est pas un coin où élever ses enfants. C’était la rubrique Montpellier vu de l’étranger. Je suis assez d’accord pour le côté verdure, j’aimerai beaucoup plus de plantes et d’herbe au centre ville, pas forcément des fleurs ça me fait éternuer. Faudrait juste se démerder pour trouver des trucs adaptés au climat et qui ne demandent pas qu’on dépense de l’eau potable en masse pour de l’esthétique. Un jour je vous parlerai de comment je préférerai que vous laissiez les plantes à l’extérieur où elles se débrouillent très bien toutes seules plutôt que de gaspiller des litres d’eau potable juste pour vous faire plaisir aux yeux dans votre petit appartement, mais peut-être que la crise de l’eau potable dans les vingt ans à venir vous rappellera à ce sujet avant que je n’aie eu le temps d’y revenir moi-même. Qu’il est chiant avec son écologie ! Vous avez raison, passons à la suite.

On est allés à la Petite Scène, scène ouverte. Bon, on est pas restés. Franchement, je sais pas ce que c’est leur problème avec les lumières là-bas, l’ambiance, savent pas ce que c’est. Faut vraiment qu’on y voit comme en plein jour au mois d’août. Bon c’était scène ouverte, z’avez compris. On a fini au Beehive. C’est cher mais c’est pas moi qu’ai payé, c’est Quackquack. Merci ! Le jus de tomate est aussi bon qu’ailleurs. C’est la même marque partout.

Voilà, vous êtes bien contents·es d’avoir lu tout ça, hein ? Non ? Allez, allez, ne vous plaignez pas, je ne me suis pas plus régalé à l’écrire. Sur cette triste note, demain j’essaierai quand même de faire mieux, de toute façon on est partis·es pour se payer un temps pourri pareil pendant quinze jours, alors je ne pourrai pas utiliser cette excuse à chaque fois.

Des bisettes, et à demain !

Ah, je viens de passer la tête par la fenêtre. Il neige. C’est la première fois depuis presque dix ans que je vois la neige tenir aussi bien au sol. C’est joli. Si je l’avais vu plus tôt ça m’aurait peut-être inspiré un super article, qui sait. Tant pis.

Auteur : Montpelliérien

Écrivouilleur Montpelliérien. Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.