#023 – R.A.S. au R.S.A.

Je vous ai dit que j’avais plus une thune ? Ah, oui. Je vous l’ai dit hier même. Je sens que vous vous êtes inquiétées·s. Il ne fallait pas. Non, vraiment, tout ça est bien mérité. On ne m’a pas volé, on ne m’a pas viré. J’ai décidé de faire la mendicité à la société plutôt qu’à… Ah attendez, j’ai un tout petit texte écrit il y a plus de deux ans, je vais vous le mettre là, il est de circonstance.

La charité

Hier, je sors de chez moi, un mec barbu devant ma porte se précipite pour me demander du pognon. Arrivé au bout de la rue, un mec pieds nus se précipite pour me demander du pognon. Au distributeur, une femme âgée reste assise pour me demander du pognon. Devant les portes du supermarché, un gringalet titube vers moi et me demande du pognon. À la caisse, une fille fatiguée me demande du pognon. En sortant, le même gars qui titube me redemande du pognon. Je vais m’asseoir dans le parc pour manger mon sandwich, un type s’assied à côté de moi pour me demander des clopes. Ou du pognon. Je rentre à l’appartement, j’ouvre mes e-mails, un virement n’est pas passé, mon agent immobilier me demande du pognon. À peine ai-je le temps de répondre au message que mon téléphone sonne, c’est mon banquier, il me demande du pognon. Il faudrait vraiment que je cherche du travail, mais je n’ose pas aller trouver un patron, il va bien se douter que je viens lui demander du pognon.

Voilà, voilà. On peut pas dire que ce soit un grand texte à thèse sur la défense du sans-emploiïsme, mais c’est tout ce que j’avais en stock. En tout cas, on peut pas m’accuser de n’être pas la France qui se lève tôt, comme disait un certain Sarkozy aujourd’hui oublié de l’Histoire et c’est tant mieux. Puisque tous les matins je suis debout à 7h30. Avant c’était 7h45, maintenant c’est 7h30, j’aime être un poil en avance sur le soleil. Vous en connaissez beaucoup vous, des qui se lèvent si tôt alors qu’ils ne travaillent pas et qu’ils ne cherchent pas de travail ? Oui, en fait il y en a beaucoup. Ça s’appelle des « retraités », retenez bien ce mot, un jour vous en rêverez. Oh mais bien sûr, je vous vois venir, 7h30, c’est de la gnognotte. Combien se lèvent à 6h, pour se préparer, déjeuner, lever les enfants, les préparer, les faire déjeuner, les amener à l’école, faire quarante-cinq minutes de voiture jusqu’au boulot, travailler leurs sept heures, et rentrer chez eux, récupérer les enfants, leur faire faire les devoirs, leur faire à manger, manger soi-même, les mettre au lit, se mettre au lit, tomber dans un sommeil sans rêve et rebelote le lendemain ? Tout ça pour un SMIC ? Et ben, si vous croyez que c’est avec des descriptions d’un enfer pareil que vous me donnerez envie d’aller me faire employer… Je comprends que certaines·s aient fait des erreurs au cours de leur vie, ou que d’autres n’aient juste pas eu les moyens de voir le piège se refermer sur eux·elles, mais s’il vous plaît, ne me dites pas que pour vous c’est la seule manière correcte de vivre. Ça c’est pas possible.

En fait, c’est même pas de bosser qui me gène, je crois. C’est de faire ça parce que tout le monde le fait dans des conditions à peu près similaires, dans l’urgence, sans trop se poser de question. Comme si leur survie en dépendait, prennent le premier job qui leur tombe sous la main sans se soucier de ce que ça implique pour eux et pour les autres, d’aller bosser chez McDo par exemple… Ce qui m’ennuie surtout, c’est de faire les choses pour le pognon. Je fais un blocage sur ça. Faire les choses pour de l’argent me paraît sale. Se pourrir la vie, et celle des autres parfois, pour de l’argent… C’est immonde. Travailler à atteindre des objectifs qui nous sont chers, à faire le monde un peu moins moche, à faire que les gens soient un peu moins malheureux, je le conçois et j’admire. Il y a de beaux métiers qui incidemment rapportent à ceux et celles qui les exercent un petit paquet de fric. Ça ne me pose pas plus de problème. Mais il y en a peu dans le genre, et peu de gens qui envisagent le travail de cette façon. Du coup je préfère en rester à mon bénévolat dans les diverses associations qui me tiennent à cœur.

mtp22.jpg
Photo par Gwlad (rue Albert Leenhardt)

Je viens de calculer, là, comme ça pour voir, ces textes que je ponds tous les matins, d’une moyenne de 900 mots par texte, et bien si j’étais payé pour, à 75€ les 1000 mots, ça me ferait un peu plus de 1800€ par mois. Ouais, je sais, faudrait que quelqu’un ose me payer pour ça, sans doute que les autres patrons de presse se moqueraient de lui·elle. Je vais lui économiser ça, je n’irai pas le ou la trouver pour lui demander du travail. Vous voyez, je suis un chômeur altruiste.

Blague à part, ce que je cherche bien maladroitement à vous dire c’est que de ne pas bosser, ce n’est pas simplement le choix du fainéant. Du feignant. Non, définitivement du fainéant. Connaissez la différence ? Oui ? Ben tant pis, je vais la dire quand même, j’ai envie d’étaler ma science. Le fainéant, ou la fainéante, c’est celui ou celle qui fait néant, qui ne fait rien. Au contraire, le feignant ou la feignante, c’est celui ou celle qui feint de faire, qui fait semblant de travailler. Donc soit fait mal la tâche qu’on lui a assignée, soit ne fait rien, seulement il faut démasquer son petit stratagème avant de s’en rendre compte. Le fainéant et la fainéante assument, alors que le feignant et la feignante jouent la comédie. Choisissez votre camp.

Donc, ne pas vouloir gagner de thune, ça va plus loin que de ne pas vouloir bosser. Par exemple je vais bientôt sortir un petit recueil de mes textes écrits pour un magazine gratuit, il y aura d’ailleurs dedans le texte sur la charité que vous avez lu plus haut, ce recueil fera 100 pages, il me coûtera 250€ les cinquante exemplaires. Et il sera gratuit. C’est du suicide me dites vous ? Disons pas du suicide, mais la promesse de ne pas manger équilibré pendant un bon mois pour quelqu’un au RSA. Mais c’est un choix que je fais, un choix motivé par autre chose que l’envie de ne rien glander, vous vous en rendez bien compte ? Enfin, on en rediscutera un jour, si j’ai au moins réussi à vous faire ne serait-ce que pressentir que parfois les gens qui ne travaillent pas, ce n’est pas juste pour profiter des autres, c’est parce que l’argent ne les attire pas ou que l’organisation du travail les repousse, ce sera déjà ça.

Bon. Ce soir il faut bien sortir quand même, on est pas des bêtes. Mauvaise expression. On est des bêtes, mais on n’est pas des bêtes du genre qui vivent au fond des grottes. Bon, z’avez pigé. Et où qu’on va quand on a pas de thunes ? On va là où les concerts sont gratuits et où les patrons·nes nous font pas trop chier quand on consomme pas, j’ai donc repéré pour ce soir cinq [quatre ?] trois concerts gratuits dans le Mama Sound. Ben oui, vous voulez que je les repère où ?

On nous dit que c’est du jazz : Gramophone Stomp à 20h30 à L’Angélus (rue de l’ancien courrier) apparemment c’est un resto, oubliez si vous avez pas la thune, Little Guinguette à 21h au Gazette Café (à deux pas de la gare), et la classique Jazz Session à 21h30 à la Petite Scène (quartier Saint Roch). [On nous dit que c’est du blues : Siryel  à 21h au Willie Carter Sharpe (3 rue Collot, juste à côté de la place Jean Jaurès) Mais paraît qu’ils font chier pour laisser rentrer le gens si y a pas de places assises donc ça voudrait dire qu’il faut absolument consommer, j’irai vérifier ça par moi-même un de ces jours. En attendant, allez-y, allez-y pas, ce sera la surprise]. On nous dit que c’est risqué : soirée Open Mic à 20h30 au Black Out (derière les Halles Castellane).

Voilà. Dites-donc, ils sont de plus en plus longs ces articles. Alors que je n’ai pas de plus en plus de choses à dire. C’est mauvais signe. À demain si je n’ai pas fait un burn-out.

Auteur : Montpelliérien

Écrivouilleur Montpelliérien. Je bave ce qui me vient, comme ça vient. Y en a à qui ça plaît, y en a à qui ça plaît pas. Qu'y peux-je ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.